Charlotte a du fun

Bref, si la culture québécoise est riche à plusieurs niveaux, il faut creuser et s’acharner de patience pour en trouver les trésors les plus pertinents. C’est d’ailleurs l’un des objectifs de cette chronique. Plutôt que « Le trip à trois », l’un des pires affronts du cinéma québécois aux sexualités alternatives, je vous suggère de remonter à 2018 pour découvrir un joyau caché : « Charlotte a du fun » de la cinéaste Sophie Lorain.

Capsules vidéos en marge du film Les Salopes ou le sucre naturel de la peau, de Renée Beaulieu

Si « Les Salopes ou le sucre naturel de la peau » a ses mérites, ce ne sera pas l’objet de la présente chronique. [..] Ce que je vous propose plutôt d’écouter, aujourd’hui, ce sont les cinq capsules thématiques produites en marge du film. Chacune durant un peu plus d’une minute, leur approche directe et sans ambiguïté de différents sujets est plus parlante que le film lui-même. Voici: