Ma mère avait raison, un essai d’Alexandre Jardin

Bref, c’est l’histoire d’un petit garçon devenu écrivain qui raconte Verdelot, cette maison aux chambres multiples. Dans l’une d’elles, il y a la chambre de sa mère. Son père n’y dort pas. Personne n’y dort, sauf sa mère. Et parfois, il y a des hommes – son père et d’autres – qui viennent lui rendre hommage, quand elle le demande. En font partie : Le Zubial (le père d’Alexandre Jardin), Claude, Pierre (le futur mari de sa mère, bien plus tard), Jacques, Nicolas, parmi d’autres. Certains dorment dans d’autres chambres, d’autres retournent chez eux. Personne ne s’en cache, même si l’ami d’Alexandre, Hector, ne comprend pas.