Féminin / Féminin

Québec – Websérie
Féminin / Féminin
Une websérie de Chloé Robichaud

https://ici.tou.tv/feminin-feminin
(contenu gratuit)

Ça vous est déjà arrivé d’entendre, de la part d’une femme exaspérée par les hommes : « Je vais « devenir aux femmes », ça va être plus simple de même! » Pour moi, la dernière fois, c’était il y a moins d’un mois. Entre deux rires, ma réponse a été plutôt bien triste : « C’est probablement encore plus difficile [pour elles]! »

Bien que les femmes aient pris du galon dans la société en général, l’équité entre les sexes demeure un sujet chaud. Sortir du placard en tant qu’homosexuelle peut présenter certains défis, tant sur le plan social qu’économique. D’abord, au niveau démographique, faire partie d’une minorité n’est pas simple : entre le 1-2% de couples homosexuels avancé par Statistique Canada et le 13% de personnes homosexuelles du sondage Crop pour la Fondation Jasmin-Roy, encore faut-il diviser ce pourcentage entre les femmes et les hommes. Bref, d’entrée de jeu, le bassin de partenaires est réduit. Et encore, s’il arrive que des femmes gagnent moins d’argent que des hommes, l’on peut supposer qu’un couple de femmes gagne un revenu beaucoup modeste qu’un couple d’hommes ou un couple hétérosexuel.

Et ce n’est là que le début de la question : où vivre, si ce n’est pas à Montréal (heureusement, c’est de plus en plus accepté en région aussi)? Comment gérer les réactions de la famille lors de sa sortie du placard? Faut-il avoir des enfants, ou pas? Un couple lesbien dont les partenaires ont une grande différence d’âge est-il viable?

Parmi les webséries que j’aime, il y a celles qui s’obligent à traiter en peu temps, avec peu de moyens, une pléthore d’enjeux liés à une thématique donnée. Féminin / Féminin est de cette trempe : chacune de ses deux saisons dure l’instant d’un film – 93 minutes pour la première et 121 pour la seconde – et, pourtant, il y a plus de matière dans chacune que dans la plupart des récits cinématographiques.

J’ai omis ci-haut de poser la question qui tue : comment (est-ce même nécessaire de) gérer un couple durable dans un univers où la monogamie en série et le polyamour sont rois? Malgré des taux de séparation records, s’engager dans un couple hétérosexuel semble si facile. Au diable les conséquences! Même déparées de leurs rites et de leur clinquant, les institutions catholiques ont la vie dure… n’y a-t-il pas dans le fait de se reconnaître comme une personne homosexuelle la possibilité de se libérer des carcans institutionnel et religieux qui ont régulé la vie de nos ancêtres?

Et pourtant, dans Féminin / Féminin, nous retrouvons des défis similaires (mais dans un contexte souvent plus difficile à vivre) à ceux que vivent les couples hétérosexuels : le mariage, le divorce, le célibat et les ex, la peur de s’engager d’un côté et, de l’autre, la peur de demeurer prisonnière d’une relation qui nous empêche d’explorer de nouveaux horizons, la fuite en avant (pas de questions) ou la posture du chevreuil figé (trop de questions), le jugement des autres et la différence d’âge, avoir des enfants (être prête) ou pas, voilà une belle somme d’enjeux et de questions adressés à travers le prisme des relations femmes-femmes.

Mais est-ce que ça peut être vraiment si simple? Sorties du placard ou non, les personnes homosexuelles peuvent-elles simplement embrasser la monogamie à la vie à la mort ou, à défaut d’y parvenir, en série? Abordée comme un projet documentaire (avant de verser dans la fiction), la série met en lumière des hésitations lourdes de sens de la plupart des personnages. Si quelques-unes avouent souhaiter explorer, plusieurs souhaitent développer des relations durables… ce qui n’empêche pas le polyamour de venir ajouter son grain de sel à la situation.

Sarah qui aime William, mais aussi Noémie – le schéma en V -, Alex et Anne qui mettent leur couple en péril en recevant une licorne française en voyage au Québec, Léa qui, par crainte de réactions biphobes de ses amies, se dit lesbienne mais qui est aussi attirée par les hommes et les transgenres… Féminin / Féminin explore aussi le polyamour et les relations alternatives.

Quelques personnalités s’affichant comme ouvertement homosexuelles font une apparition dans la série : Ariane Moffat ou Manon Massé, par exemple. Macha Limonchik est probablement l’actrice la plus connue du lot. La série met en vedette nombre d’actrices moins connues, mais toutes fort crédibles, qui donnent une belle crédibilité à l’ensemble.

Bénéficiant d’un scénario rythmé et d’un montage fluide, Féminin / féminin fait plaisir à voir et à entendre, tout en livrant un contenu dense et questionnant. C’est réconfortant de pouvoir accéder à de la nourriture télévisuelle qui combine la capacité de faire réfléchir, d’apaiser et d’élever l’esprit en même temps. Je vous la recommande!

Sources :

https://chairehomophobie.uqam.ca/wp-content/uploads/2013/03/upload_files_Rapport_Portrait_sociodemo_Chamberland_et_al._Resume_juilllet_2012.pdf

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/13–de-la-population-canadienne-appartiendrait-aux-communautes-lgbt-selon-le-sondage–realites-lgbt–premier-sondage-pancanadien-sur-les-communautes-lgbt-mene-par-crop-pour-la-fondation-jasmin-roy-639432263.html

https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/as-sa/98-200-x/2016007/98-200-x2016007-fra.cfm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *